Les Chefs Indiens, un triple modèle de leadership

Les Chefs Indiens, un triple modèle de leadership

leadership

Buffalo grill a annoncé qu’il quittait l’univers du western pour aller sur celui des steackhouses. OK arrêtons de jouer aux cowboys et gardons en tête que ceux qu’il était convenu d’appeler les « Indiens » ou   »Premières Nations » sont peut-être des modèles de leadership plus actuels que jamais.

Les 3 raisons d’un modèle de leadership moderne

  1. Beaucoup de leaders étaient choisis et non élus…. par les femmes (Mohawks, Iroquois, Oneida…). Ce sont les “Mothers of clans” qui choisissaient les plus sages à même de diriger les tribus vers le bien commun. Un leadership au féminin qui reconnaissait largement l’égalité entre les sexes. 

  2. Ces leaders étaient choisis pour un simple “CDD” et des durées limitées. D’ailleurs dans beaucoup de tribus, il y avait deux chefs, un pour la paix un pour la guerre. Un spirituel, sachem, et un guerrier. Les décisions et le mode de leadership ne sont pas tout à fait les mêmes en temps de paix ou de crise, nous le vivons… 
  3. Ils ne pouvaient décider de rien… Car c’était le “Counsel of Wise men” qui décidait, ce fameux conseil des sages de danse-avec-les-loups (« Dance with Wolves » de et avec Kevin  Costner, un des plus beaux films que je connaisse sur les Amérindiens). Le rôle dédié des chefs était de réunir les conditions pour qu’une décision commune soit prise. C’est le « distributed leadership » qui engage toute la communauté. Loin des décrets centralisés dans un siège ou une capitale… 

Ère du respect des autres, et du leadership au féminin, Co.responsabilité, esprit de service… Le contexte que nous traversons et les défis que surmontent nos collectifs, nos organisations, nos pays, n’exigent-il pas des chefs qui aient les 3 atouts de ces chefs authentiques qui consolident plus qu’ils n’imposent. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.