Envie d’apprendre en voyageant ? 5 clés pour réussir votre learning expedition

Envie d’apprendre en voyageant ? 5 clés pour réussir votre learning expedition

learning expedition

Dans un précédent article, nous avons détaillé 5 bénéfices d’une learning expedition. Pour concrétiser ces bénéfices, je vous invite à respecter quelques règles simples. En les suivant, vous serez gagnant, vous vivrez une expérience unique en groupe, et surtout vous rentabiliserez cent ou mille fois votre voyage.

learning expedition

Leadershop ou leadership ?

Le but d’une learning expedition n’est pas dans l’accumulation de découvertes, mais dans leur profondeur, leur utilité, leur transférabilité. Un dirigeant d’une Société de Conseil a ainsi profité de rencontres au Canada, 2ème pays au monde pour le nombre d’entreprises B-Corp, pour obtenir le précieux label pour sa Société et élargir sa propre expérience de l’entreprise à mission.

Même s’il faut cibler et approfondir, les véritables learning expeditions apportent une multiplicité d’interpellations transformantes ! Nos nombreuses expériences montrent que toutes ont été un puissant accélérateur pour créer les conditions de réussite de la conduite du changement dans une organisation, quel qu’il soit.

Chacun sort ainsi de sa zone de confort, découvre et analyse des manières nouvelles de conduire le changement, voit concrètement comment l’intelligence collective peut créer de la valeur. Vous vous trouverez parfois en avance sur les pratiques que vous découvrirez. Tant mieux ! Cela renforce la confiance en soi, et vous offrirez cette avance à vos interlocuteurs. J’ai par exemple tellement apprécié les solutions digitales mises en place dans une entreprise réputée de Montréal

Avant le Covid, un DRH me glissait « Comment remettre en question nos pratiques dans des hôtels 4 **** ?  » Aujourd’hui, le même s’interroge sur les meilleures manières pour soutenir les collectifs éclatés et créer des communautés puissantes, comment recréer les liens vers des objectifs partagés à partir de valeurs communes ou de différences enrichissantes.

Comme pour tout expérience formatrice, chacun des participants, quel que soit son niveau doit devenir acteur. Nous avons par exemple l’habitude de proposer aux participants à tour de rôle de présenter le groupe et de jouer les ambassadeurs lors des rencontres et visites d’entreprises. Au-delà, cinq clés principales rendent un voyage d’études efficace.

  1. Clarifiez et partagez les objectifs :sur quoi portent les changements attendus ? S’agit-il de laisser infuser ou de pousser à une action rapide et précise ? De faire vivre une expérience commune puissante pour créer de la transversalité ? Une learning expedition peut aussi contribuer à une forme de reconnaissance et de responsabilisation sur des projets de changement : les participants se font alors les porte-paroles de leur organisation et sont souvent attendus au retour, comme ces participants d’agences bancaires, attendus au retour par toute leur équipe pour partager leurs découvertes et choisir lesquelles transposer.

  2. Respectez les 3 phases, de préparation, de réalisation et de mise en œuvre des transpostions. Tout commence avant par une journée de préparation quelques semaines avant puis un débriefing structuré au retour. Sans ces étapes, votre voyage sera une balade agréable et non rentable, peu efficace pour votre business. Même des étudiants que nous avons emmenés ont pu en profiter davantage, mus par ce cadencement, observation, réflexion, action.

  3. Qui emmener ? Les voyages en inter-entreprise sont un atout pour apprendre davantage, questionner autrement, ceux en intra permettent de souder une équipe. Là encore tout dépend de vos objectifs. Les learning expeditions, traditionnellement ouvertes aux cadres dirigeants, gagneraient parfois à s’ouvrir à des équipes pluridisciplinaires de tous niveaux. L’esprit de groupe est précieux et l’animation de ces moments d’intelligence collective chaque jour permettent à chacun de profiter des étonnements des autres et de graver davantage les insights, voire de tester leur transposabilité.

 4. Exigez, et attendez que les entreprises et leaders que vous rencontrez soient exigeants envers vous. Une learning expedition réussie se mesure aux résultats transposés et l’engagement des participants. Les 3A du « j’ai Appris, j’ai Apprécié, je mets en Action » Le principe de réciprocité est essentiel, selon ce que vous apporterez aux organisations que vous rencontrez, vous obtiendrez davantage. Nous avons l’habitude de faire offrir par nos hôtes des cadeaux de France, mais le plus beau des cadeaux est certainement la richesse que vous donnerez par votre expérience ou votre carnet d’adresse.

 5. Mieux partager entre organisations et participants. Certains participants regrettent que leurs organisations n’encouragent pas à tirer davantage de fruits de ces découvertes à l’issue des voyages. Je recommande un évènement de partage entre organisations, participants, acteurs concernés et potentiels candidats environ 1 à 3 mois après le voyage.

Enfin, le rythme. Il est important de conserver des temps de respiration individuelle, entre les visites pour favoriser la réflexivité comme permettre à chacun de traiter à distance ses affaires. Très exigeant, je m’attache également à ce que les conditions matérielles, sans être luxueuses, favorisent l’apprentissage et l’ouverture. Il en est ainsi pour les déplacements, comme pour les petits aléas inéluctables, comme pour les informations préalables sur les rencontres.

 

Pourquoi le Canada est une destination pour les learning expeditions

Canada

Chez Co.devenir

 « Chez nous le pragmatisme est une philosophie ! » me disait récemment un dirigeant Canadien.

Le plus important n’est pas de sortir vainqueur de débats idéologiques, sociaux ou économiques mais le pragmatisme et l’ambition collective. Un PDG nous dit en novembre dernier : « si je veux avoir les meilleurs, je fais la semaine de 4 jours, parce qu’ils le demandent. Sinon, ils travailleront pour d’autres… ». Cet exemple n’est pas isolé !

Le leadership est très différent à Toronto, Ottawa, Montréal ou Vancouver. Vous voulez remettre l’ambition au cœur de votre projet entrepreneurial, intégrer une nouvelle qualité de vie au travail, sur place ou à distance, imaginer de nouveaux modèles d’affaires, faire progresser le leadership au féminin, déployer un leadership partagé. Vous y ferez le stage le plus formateur, nous dit Alexis, PDG d’une grande entreprise française qui a passé 7 ans au Canada.

En effet, le Canada offre des exemples très inspirants d’un modèle inclusif entre Business et humain. Le Canada est 1er pays au monde pour l’esprit entrepreneurial (Sce : Banque Mondiale) et le second pour la Qualité de Vie (Sce : US News Wharton), mais aussi le 1er pays pour la qualité des Services Publics (Sce : Index InCise). Toronto, 4ème ville d’Amérique du Nord, est la 6ème place financière mondiale, avec plus de 2500 startups, Montréal est une capitale mondiale de l’intelligence artificielle et de l’entertainment.

A mi-chemin entre une culture européenne humaniste et un sens du business si anglo-saxon, le Canada est une très riche source d’inspiration pour dirigeants, managers, et équipes. Nous pouvons y découvrir la réalité de tendances majeures et gagner près de deux ans d’avance en transposant quelques-unes. Et, plus accessoirement, il est possible de parler français, même à Ottawa et Toronto.

Nous reprenons dès le 6 juin prochain les voyages à Toronto, Ottawa et Montréal. Nous allons étudier 8 tendances émergentes sur le business et les talents. Près des 60 entreprises et leaders sont prêtes à nous ouvrir leurs portes … Bienvenue !

Un message et nous vous transmettrons le programme…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.